Mortels ces cafés !

Vous les avez sans doute remarqués si vous consultez l’agenda de Cactus ! Les cafés thématiques se multiplient sur des sujets très variés. L’idée ? Découvrir un sujet dans un cadre convivial. Apprendre sans en avoir l’impression en quelque sorte, loin du format de la conférence classique.

Café mortel
"Café mortel" au centre social de Redon, le 25 mars 2024

Parmi les cafés thématiques, le plus étonnant est le « café mortel » ! Fin mars, deux étaient proposés à Brain-sur-Vilaine, au bar-restaurant le Bistrot (pour l’aspect café !), et au Centre social Confluence à Redon. Rien de moins qu’un temps convivial sur un sujet ô combien délicat et encore tabou. Mais animé par une professionnelle : Noémie Robert dont l’intitulé de la fonction est tout aussi étonnant : célébrante funéraire.

Nés il y a 20 ans en Suisse, ces « cafés mortels » ont pour but de proposer de se rassembler dans un lieu public pour parler ensemble de la mort. « A coeur et à tripes », selon l’expression utilisée par Noémie Robert. « C’est un temps convivial, ouvert à tous les vivants, à tous les mortels », explique-t-elle.
Mais… pourquoi donc, est-on tenté de demander ? « Le café mortel n’a pas de visée thérapeutique et n’est pas un espace de théorie ou de débat : c’est un espace vivifiant qui permet à chacun de partager comment la mort nous touche. Les participants ont le droit de parler comme de rester silencieux. La séance s’ouvre par un partage d’informations sur une thématique (par exemple les coulisses des funérailles, le capiton est-il obligatoire ? Peut-on disperser des cendres en pleine nature ?…) et se clôture par un temps où l’on peut prendre un verre et grignoter quelque chose ensemble. »

Cafés seniors

Le rendez-vous inauguré au Centre social (qui devrait être renouvelé régulièrement) a rencontré un beau succès, avec une cinquantaine de participants. « C’était une première pour nous, explique Vanessa Jaszczuk, animatrice senior. La thématique a attiré un public plus large que le public habituellement touché par ce qu’on appelle les « cafés seniors » », au cours desquels on aborde des problématiques qui concernent cette population comme le bien-être ou l’usage des réseaux sociaux. »

Cocooning

A l’autre bout du cycle de la vie… il y a les « cafés des parents » et les « cafés allaitement », qu’animent Thérèse Favrel et Julie Forbeau, de l’association Tisser son Nid. Cette association a pour but de créer des moments privilégiés d’écoute, d’informations et de partage pour les femmes, les futurs et les jeunes parents. C’est dans ce cadre que ces cafés (gratuits) sont proposés à Redon et à La Gacilly (1), « dans des lieux chaleureux et cocooning, ouverts au public », précisent les deux initiatrices. «  Ces lieux neutres permettent aux parents, et souvent aux mères, de pimenter leur quotidien en osant sortir avec leur tout-petits dans un lieu public. »

Les sciences pour tous

Autre lieu, autres thèmes : un « café des sciences » est proposé depuis l’automne dernier par l’association Science en Culture à la Gacilly, et au bar La Marelle jusqu’à présent. 4 ont déjà eu lieu, le dernier fin mars intitulé « Dans les coulisses de la cartographie, entre Histoire, modernité et jeux de pouvoir » avec deux universitaires. Le but étant ici d’aborder une question scientifique et/ou technique avec des intervenants spécialistes dans un lieu convivial (2). « Ce type de lieu est moins académique et intimidant qu’une salle de conférence, souligne Fabrice Sécher, co-président, qui ajoute : Le caractère pointu des sujets abordés n’est pas un obstacle au partage et à l’échange avec le public non spécialisé. C’est d’ailleurs une des missions des chercheurs. »
Une programmation plus régulière devrait voir le jour à partir de septembre (peut-être un mois sur deux).

Les réparateurs bénévoles du Repair Café de la Redonnerie. Photo : La Redonnerie

Le Bala Bala, bar du centre de Redon, a fait des cafés thématiques un des points forts de sa programmation culturelle : Café philo (3ème jeudi du mois ; ouvert aux non-professionnels de la philosophie. Animateur de la séance choisi à la fin parmi les présents), café signes (pour  appréhender le langage des signes), café Communication non-violente…
Citons encore les Repair café qui ont lieu tous les mois à la recyclerie Redonnerie. L’idée est ici de réparer des objets plutôt que de les jeter. « C’est avant tout un lieu de partages avec comme support la réparation d’objets, les personnes venant avec leur objet rencontrent les réparateurs bénévoles, explique Agathe Quiblier. Ces repairs permettent de discuter avant tout, d’apprendre à réparer et d’avoir ainsi une consommation plus responsable. » (3)

Alors, vous prendrez bien un petit café ?

(1)1 mardi par mois à La Jolie Pause à La Gacilly et un jeudi par mois au Quetzal Café à Redon, de septembre à juin.
(2)https://science-en-culture.fr/
(3)www.repaircafe.org/fr/

Cet article vous a plu ? Partagez-le ! 

A retrouver dans le numéro de mai-juin 2024

Partagez cet article :