Un lieu de “connexion paysanne”

Les plus de 20 paysans du Pays de Redon qui adhérent à l’association Connexion Paysanne vont pouvoir profiter d’un nouveau lieu pour vendre leurs produits… Et les consommateurs désireux de trouver des produits locaux de qualité vont voir l’offre déjà existante (à travers les magasins spécialisés, les AMAP, les marchés à la ferme, les produits proposés en grande distribution ou la vente directe sur les lieux de production) s’étoffer encore. Au-delà de la vente, ce lieu permettra de “connecter” producteurs et consommateurs. Barbara Monbureau, l’initiatrice du projet, nous explique en vidéo.

Et pour en savoir davantage sur les raisons de la démarche initiée par Barbara, retrouvez une seconde interview sous la vidéo.

Connexion Paysanne propose déjà en vente directe les produits d’une vingtaine de producteurs du Pays de Redon via son site Internet.

Depuis cet été, une fois les commandes effectuées sur le site Internet, les consommateurs pouvaient venir récupérer leur panier au Ciné Manivel le jeudi de 17h à 19h.

Mais depuis le jeudi 14 novembre, le retrait des commandes se passe au 48 bis, avenue Jean Burel (près du Contrôle technique CT35), sur la Digue, à St-Nicolas-de-Redon.

Un café ouvre également (à partir du vendredi 15 novembre) à cette adresse. Des rencontres avec des producteurs-paysans y seront organisées autour de débats, conférences, sensibilisation.

Avec l’association L’écrouvis !

Connexion Paysanne va partager ce vaste bâtiment avec une autre association : L’écrouvis. L’idée est ici de faire fonctionner une recyclerie de matériaux. Ce lieu permettra également à l’initiateur, Frantz Daniaud, de promouvoir les matériaux biosourcés, d’ouvrir un espace-ressources, un atelier et une outillothèque avec le but de contribuer à améliorer l’habitat de manière écologique.

L’écrouvis vous donne d’ores et déjà rendez-vous du 6 au 30 novembre (vernissage le 6) pour l’événement Rien à jeter ! Un événement tout public qui mettra en avant les questions de réemploi des matériaux et de l’écoconstruction. Ce temps-fort sera aussi l’occasion de visiter la recyclerie-test et de participer à de nombreuses animations.

Contact de l’écrouvis : contact@ecrouvis.org / A regarder une vidéo sur Facebook

Regards

« On est des citadins à la campagne »

Barbara Monbureau est à l’initiative d’une toute jeune association : Connexion paysanne. Imaginée pour « relier la ville et sa campagne » et proposer à la vente des produits locaux, l’association nous interroge sur notre mode de vie et notre alimentation. Explications.

Barbara Monbureau

Cactus. On a beau vivre à la campagne, parfois par choix, et tu m’expliques, Barbara, que l’on reste ou que l’on est devenu des urbains…

Barbara. Absolument ! Regarde comment on vit. On travaille dans des bureaux ou dans des locaux fermés, on va au supermarché, on va au cinéma, à la piscine… et la campagne, c’est fait pour la balade ! En réalité, on a fini par créer des villes à la campagne.

Ben mince alors… tu es dure ! Mais, tu as sûrement raison. Surtout quand tu parles de notre alimentation.

Ce que l’on consomme n’a aucun lien avec la campagne dans laquelle on vit. Généralement, ce que l’on achète ne vient pas du coin, on ne sait pas comment c’est fait…

Depuis deux ans, tu t’es lancée dans une démarche qui a abouti à créer une association et à ouvrir un lieu (le 15 novembre). On va y revenir, mais comment en es-tu arrivée là ?

Je suis une urbaine, même si je vis dans le Pays de Redon depuis 2006… Et je suis paysagiste de métier. J’ai pris conscience qu’on a les paysages que l’on mérite. Un paysage, c’est une construction, mais pas dans le but de dessiner un tableau, quelque chose de figé ! Un paysage est toujours le résultat d’activités.

J’ai appris à découvrir le territoire local qui est très riche et qui est à préserver, ce qui passe par le maintien d’activités agricoles. D’où l’intérêt de travailler avec ceux qui y pratiquent.

Et puis, à un moment, j’en ai eu marre d’aménager des ronds-points…

Comment t’est venu le déclic ?

En 2014, je suis allée à la Fête de la vache Nantaise à Plessé, un événement majeur du territoire. Ça m’a fait tilt de voir tous les produits locaux qui y étaient présentés. Des produits de qualité, bio (avec ou sans label), issus d’une agriculture paysanne, mais qui ne sont pas forcément faciles à trouver.

C’est quoi l’agriculture paysanne ?

D’abord, c’est le contraire d’industriel. L’agriculteur paysan a un lien avec la terre sur laquelle il travaille. Il a la notion du temps, du climat, il évolue dans un écosystème vivant… sans avoir besoin de drones, ni de produits chimiques. Le paysan a une capacité et l’envie de transmettre sa ferme, il vit dans un environnement social, entouré de collègues paysans, d’habitants, d’associations.

Lors de la distribution des commandes

Mais, une fois le constat dressé qu’il est important de maintenir une agriculture paysanne sur le territoire, comment on fait ? Je serais tenté de dire : c’est facile de faire ce constat ! Mais après ?

D’abord, je ne jette pas la pierre aux agriculteurs « conventionnels » ! C’est très dur de faire évoluer sa ferme, de changer ses pratiques professionnelles, c’est très compliqué. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi l’Etat n’aide pas ceux qui veulent aller dans ce sens, se convertir.

Il existe dans la population un mouvement fort vers le bio. Il faudrait quand même aider ceux qui font sans chimie.

Ensuite, il faut aider les producteurs, notamment les jeunes qui s’installent, à trouver leur clientèle en circuit-court. Le circuit-court permet à ce modèle d’une agriculture paysanne de tenir, car il permet une meilleure maîtrise des prix. L’association Connexion paysanne est un moyen pour rendre les produits locaux plus accessibles à travers un point de livraison hebdomadaire. Il n’est pas très pratique d’accéder à ce type de produits.

Montage réalisé à partir des photos des adhérents de l’association

Qui compose l’association ?

Des producteurs du Pays de Redon et des consommateurs. Actuellement, une vingtaine de producteurs proposent leurs produits sur le site Internet de l’association sur lequel les gens passent commande, sans engagement dans la durée.

Certains produits sont disponibles en permanence, d’autres de manière plus ponctuelle. A partir du jeudi 14 novembre, la livraison s’effectue dans le local que nous ouvrons sur la Digue à St-Nicolas-de-Redon.

Connexion paysanne ne se limite pas à cette activité ?

On veut être aussi un lieu de rencontres et de convivialité pour relier la ville et sa campagne. C’est pour ça que le lieu est un café ouvert (à partir du 15 novembre) les jeudis et vendredis soirs. Des « rencontres paysannes » y seront organisées. Un paysan pourra venir y parler de son parcours et de son travail, des débats sur des sujets autour du thème de l’agriculture paysanne seront proposés…

Retrouvez cette interview dans le numéro de Novembre-décembre 2019 et à lire en ligne ICI.