Des quartiers en devenir

« Confluences 2030 » est un projet qui devrait marquer les prochaines années dans le Pays de Redon. Il touche un lieu réputé de Redon : la Croix des marins. Mais, il s’étend bien au-delà de « l’île de Redon ». On essaie d’y voir plus clair avec Catherine Girard, chef de projet à Redon Agglomération.

 

Cactus. Quand on demande à des habitants du Pays de Redon un lieu emblématique du territoire, la Croix des marins est souvent citée. Ce secteur est au cœur du projet « Confluences 2030 », mais ce projet s’intéresse à un territoire beaucoup plus vaste…

Catherine. Exactement, la Croix des marins est l’épicentre du projet « Confluences 2030 » qui regroupe quatre grands secteurs et qui est porté par les villes de Redon et de St-Nicolas-de-Redon et par Redon Agglomération (31 communes et 66 000 habitants).

-Un secteur va des Calvairiennes (rue Saint-Michel) à la Croix des marins. Il recouvre donc l’hyper-centre de Redon, avec des lieux importants comme l’abbaye, le marché-les halles, le théâtre, et aussi le port…

-Un secteur recouvre la gare, le quartier du Châtelet (à l’ouest du quai Surcouf), mais aussi en longeant la Vilaine, l’avant-port (NDLR : ancien port de commerce).

-De l’autre côté de la Vilaine, côté Saint-Nicolas-de-Redon, il y a aussi le secteur des marais.

-Enfin, nous avons identifié le secteur de la Digue, qui part de la Vilaine et longe le Canal de Nantes à Brest jusqu’au bourg de St-Nicolas.

 

 

C’est énorme ! Mais de quoi parle-t-on en fait ? On va tout casser et tout reconstruire ?

On parle du devenir des quartiers portuaires et, comme on vient de le préciser, de ces quatre secteurs qui totalisent 500 hectares (dont la moitié de marais)… On parle d’un vaste projet pour le territoire. Le renouvellement, l’évolution d’un quartier ne repose pas seulement sur des équipements, des bâtiments, mais aussi sur des questions immatérielles.

 

C’est-à-dire ?

Prenons par exemple la question des mobilités qui est très importante. L’histoire a vu le canal se créer, la voie ferrée qui traverse la ville. Tout cela a formé comme des îlots. L’idée est de mettre du lien entre les différentes rives des cours d’eau existants, de la fluidité entre les quartiers.

Plus généralement, pour mieux illustrer l’approche de « Confluences 2030 », on peut évoquer l’initiative de l’association Amarinage autour de la réhabilitation actuelle de la yole « Fée des marais ». L’action repose sur l’idée de mixité sociale en accueillant tous les publics, et de lien entre l’histoire (le bateau a été construit il y a 20 ans dans les Halles Garnier, à la Croix des marins) et une forme de créativité, d’innovation.

« Confluences 2030 », c’est cela aussi : une manière de prolonger l’histoire de ce territoire et d’imaginer un renouveau, à travers l’art, l’aménagement urbain, l’architecture, les pratiques nautiques, la formation, les solidarités, pour renforcer son attractivité.

 

 

Mais concrètement, il va falloir attendre 2030 pour voir le résultat ?

Non, nous sommes déjà dans le concret ! Depuis 2016, il y a une concertation, avec des acteurs institutionnels, des associations, puis encore plus largement, pendant un an à partir d’octobre 2017, avec toute personne qui souhaitait s’exprimer. Un projet de cette ambition se construit en croisant les regards des habitants et des élus. Le projet s’est ainsi enrichi grâce aux 1000 contributions d’habitants. Et des actions sont déjà en cours, comme la création d’un sentier des marais (boucle reliant par les marais de Vilaine, les écluses des Bellions à Fégréac et de la Digue à Saint-Nicolas-de-Redon), une nouvelle base nautique à La Digue ou encore des aménagements au port de plaisance.

La démarche va aboutir à la présentation en octobre prochain de la manière dont l’aménagement urbain de l’île, de la digue, du port, du lien avec la gare va se faire. Fin 2019, nous aurons une vision d’ensemble et différents scénarios pour chacun des quatre secteurs du territoire « Confluences 2030 ».

 

Toi aussi, tu es attachée à ce lieu de la Croix des marins et à ce territoire ?

Un de mes plus beaux souvenirs, c’est la rando Ouest-France. Voir converger des gens, qui arrivaient à cheval, à vélo, à pied, à la Croix des marins, pour s’y prélasser dans une ambiance joyeuse et un cadre naturel, c’est bien ! Le lieu reste marqué par cet état d’esprit, avec la Bogue chaque mois d’octobre, pour laquelle des gens du coin croisent des gens d’ailleurs, avec le Ciné Manivel aussi, qui est un lieu de divertissement mais aussi de rencontres et de culture, et, bien sûr, le site naturel de la Croix des marins qui est fréquenté par des personnes de toutes les générations.

 

Pour aller + loin : www.confluences2030.fr/le-projet

 

Lieu estival par excellence !

Concerts, brocante, expositions, feu d’artifice, visites guidées, conférences, danses bretonnes, balades nature… Le territoire de « Confluences 2030 » va être le théâtre d’une foison d’animations en tout genre cet été.

Retrouvez la programmation dans l‘agenda de Cactus !

 

 

Le QG de “Confluences 2030”

L’équipe de « Confluences 2030 » a aménagé ses bureaux dans la Maison éclusière située 12 rue de l’Union, à Redon. Un accueil y est assuré le vendredi (12h30-17h30) et le 1er samedi du mois (10h-12h30). confluences@redon-agglomeration.bzh