Un laboratoire d’idées pour jeunes

Entre les lycéens, les étudiants et les jeunes actifs qui vivent dans le Pays de Redon, pas facile de se rencontrer et se connaître. Magali, Mona, Maxime et Théo ont créé le Collectif Jeunes Redon pour les fédérer et faciliter l’organisation d’événements.

 

Votre idée de fédérer des jeunes qui, au moins pour les lycéens et les étudiants, ne vont pas forcément faire leur vie ici est plutôt ambitieuse !

Maxime : L’idée du collectif est vraiment d’améliorer la vie des jeunes sur le territoire. Donc, on a tous un intérêt à se mobiliser pour que nos années Redonnaises soient sympa ! Je suis étudiant en 2ème année de BTS Informatique à Saint-Sauveur et, la première année surtout, j’étais à Redon la semaine, je retournais dans ma famille le week-end… j’avais ma petite vie, tranquille ! A part quelques soirées entre camarades de classe, je restais chez moi. Avec d’autres étudiants, on a commencé par créer une association d’étudiants, le Kleub, en août dernier, pour inciter les étudiants à sortir de leur promo.

Un lieu pour partager ses idées !

Magali : Le collectif n’est pas seulement pour les étudiants. On peut dire qu’on veut toucher les 16-30 ans. J’effectue un service civique (*) depuis septembre à la Fédé à Redon. Autrement je suis Rennaise, je rentre tous les soirs chez moi. Mais j’ai eu envie de m’investir dans le collectif car il y a des atouts et des manques aussi. Par exemple, on peut rencontrer d’autres jeunes dans les bars, profiter d’animations, mais il n’existe pas de structure, de lieu, pour partager des idées de projet.

L’idée, c’est vraiment d’être ouvert aux idées des uns et des autres. On a organisé une soirée “Blind test” dans un bar de Redon et on a constaté qu’il y a du potentiel.

 

 

C’est à cette soirée que tu as rencontré le reste du groupe, Théo, c’est ça ?

Théo : Exactement ! J’y suis allé par curiosité. Il se passe déjà beaucoup de choses localement mais on pourrait faire plus ! J’ai passé deux ans à Saint-Nazaire pour mes études et là, je suis revenu à Redon pour effectuer un service civique au club de Rugby. Même si l’année prochaine, je serai peut-être reparti, j’ai vraiment envie de contribuer à dynamiser la ville.

Mona : Depuis décembre, on recense les idées. Certains ont des projets de concerts, d’un tournoi sportif… Mais, rien n’est figé ! On veut que le collectif soit souple, surtout que par définition, les jeunes sont amenés à bouger, pour les études, le travail… On pense que c’est important de pouvoir avoir un lieu. Des locaux vides existent ; on pourrait en investir un, même de façon temporaire.

Théo : Ce local nous permettrait de développer et d’organiser des initiatives, comme un laboratoire. En tant que Redonnais, il y a un lieu qui me tient particulièrement à cœur, c’est la Croix des marins.

Bienvenue aux artistes, musiciens, magiciens… A la Mapar (2 rue Claude Chantebel, Redon)

 

Magali : En tout cas, il ne faut pas attendre pour faire ! On a pris des contacts pour se faire connaître et on sent que ça réagit bien. Le Conservatoire de musique nous a même contacté directement pour nous proposer de co-organiser un événement.

Maxime : On lance d’ores et déjà un appel à tous les jeunes qui sont prêts à rejoindre le collectif et prendre le relais de certains d’entre nous, car l’année prochaine, on sera ailleurs…

 

Pour contacter le collectif : Facebook/COLLECTIFJEUNESREDON – collectifjeunesredon@gmail.com

 

(*)Le Service Civique est un engagement volontaire (de 6 à 12 mois) au service de l’intérêt général, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme, étendu jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap ; seuls comptent les savoirs-être et la motivation. Cet engagement est indemnisé 580 euros net par mois.

+ d’infos : www.service-civique.gouv.fr

 

Retrouvez l’article dans le Numéro 26 de Cactus :