Objectif : tisser des liens !

La vannerie est entrée dans la vie de Marie-Madeleine et Rosane. Elle est même devenue plus qu’un loisir : un rituel. Une activité qu’elles n’imaginent pas pratiquer autrement qu’en étant en lien avec les autres. Rencontre.

 

Une minute après avoir franchi la porte de chez Marie-Madeleine, direction le sous-sol et ce qu’elle appelle la « lingerie » mais qui, à force d’entreproser ses productions végétales et des outils surprenants puisque jusque là non prévus pour « vanner », est devenue un atelier. Son antre dévouée à un savoir-faire ancestral que Marie-Madeleine a redécouvert lorsqu’elle a eu droit aux « grandes vacances » (mot qu’elle préfère à celui de retraite).

Couteaux à parer et fendoir en bois (buis) – Crédit photo : Cactus-Pays de Redon

« Enfant à Pipriac, j’ai vu mon grand-père vanner, comme tout le monde à l’époque, que ça soit pour fabriquer des ruches comme lui, ou pour concevoir des paniers de différentes tailles utiles pour ramasser les œufs (un petit), le linge (un grand), etc, raconte-t-elle. Pas de doute, ça s’est imprégné en moi. Mais pris par le tourbillon du quotidien quand on travaille, quand on élève ses enfants, je n’ai pas pratiqué, même si j’y pensais. Je suis née à la campagne, ça laisse des traces ! »

 

 “Quand on est sur un panier, on ne pense à rien…

 

Depuis 20 ans, Marie-Madeleine anime un des ateliers vannerie du Pays de Redon (voir liste ci-dessous). Pour le plaisir, pour ses vertus « anti-stress » (« quand on est sur un panier, on ne pense à rien… »), par passion aussi, mais surtout par devoir de transmettre !

Marie-Madeleine (A gauche) et Rosane tenant des brins d’osier – Crédit photo : Cactus-Pays de Redon

 

« C’est vrai, les anciens qui ont une grande expérience de vannerie disparaissent peu à peu, ajoute Rosane. Or, c’est un savoir-faire qui se transmet essentiellement en faisant. Personnellement, c’est en voyant quelqu’un de ma famille se mettre à fabriquer des paniers que j’ai eu envie de lui demander de me montrer. »

Ruche en herbes des marais – Crédit photo : Cactus Pays de Redon

Après un premier atelier proposé chez elle, Rosane anime (depuis 7 ans) un « café vannerie » au café des Tilleuls à Langon. Comme une évidence que la vannerie se pratique avec d’autres et ainsi se transmettre plus facilement. « Les gens viennent d’abord faire un panier en osier, l’osier parle à tout le monde », observe Rosane. « C’est un loisir gratuit, il suffit d’un couteau et d’aller dans la nature couper des branches de saule de l’année », remarque Marie-Madeleine. Et puis, c’est convivial : quand on n’a pas la force suffisante pour travailler le châtaignier qui servira de structure au panier, on peut compter sur les plus expérimentés pour être aidé.

Les plus motivés pourront aussi compter sur des gens comme Marie-Madeleine qui n’hésiteront pas à partager leurs petits secrets de fabrication.

 

Saurez-vous trouver comment Marie-Madeleine utilise cet appareil ci-dessous, originellement prévu pour les coordonniers ?

 

POUR S’Y METTRE !

Des ateliers vannerie existent à Bains-sur-Oust (café associatif Le Salon, à La Morinais, avec Marie-Madeleine, tous les mardis à 20h), à Langon (au café des Tilleuls, avec Rosane, tous les jeudis à 20h), et aussi à Allaire (avec le CLAC), La Chapelle-de-Brain (avec Le LAC), La Gacilly (avec Fleurir La Gacilly), St-Just (avec le CPIE Val de Vilaine), St-Nicolas (avec les Amis du transformateur), St-Perreux (avec l’ASL) et à proximité : Comblessac (avec les Faisous de paniers), Guenroët (avec les Vanniers de l’ISAC), Lohéac (avec LALAC).

 

BRINS D’CREATION, DATES A VENIR :

23 Mars (13h30-17h) : Atelier Vannerie

Participez à une création collective en vannerie.

Brain-sur-Vilaine, derrière la mairie, au bord de la Vilaine. Gratuit. Org.: LAC

28 Mars (17h30-19h) : Initiation à la Botanique

Découvrez ce rendez-vous mensuel proposé par l’association Fleurir la Gacilly.

La Gacilly, Maison Praud (à côté de la maison de santé). Gratuit.

 

 

 

 

 

Article à retrouver dans le N°26 de Cactus-Pays de Redon (page 10) :