Am’arts solidaires : à visiter chapiteau avec belle vue !

A force de persévérance et de conviction, l’équipe 100% bénévole du festival Am’Arts solidaires organise la deuxième édition de ce rendez-vous hors du commun avec des spectacles, des concerts, des projections, des ateliers… Attention, chapiteau en ébullition !

Rencontre avec 4 bénévoles à fond !

 

(sur la photo ci-dessus, de gauche à droite : Christèle, Aurélia et Sylvie)

Tout d’abord, comment est né le festival ?

Aurélie : L’idée est vraiment de faire se rencontrer des gens qui ne se rencontreraient pas autrement, au milieu d’un quartier qui est plutôt mal aimé a priori : Bellevue. Les Am’arts solidaires est ancré dans ce quartier que je ne connais pas personnellement. A part quand on y vit, on n’y va pas d’ailleurs, non ?

Aurélia : Moi, j’y vis depuis peu… à part l’ascenseur qui tombe en panne, je trouve le quartier tranquille. Bellevue est connu mais pour de mauvaises raisons. Le festival est une occasion de créer des rencontres entre habitants et entre habitants et gens extérieurs au quartier.

De gauche à droite : Aurélie, Aurélia et Sylvie.

Sylvie : Depuis qu’il a été rénové, le quartier a bien changé quand même !

Christèle : Oui, mais ce qui n’a pas changé, ce sont les frontières invisibles, imaginaires. A nous de les faire tomber.

 

C’est quoi le rapport entre le crochet et le festival ?

Sylvie : Je fais partie d’un atelier avec d’autres femmes seniors… On se réunit au Centre social tous les jeudis matin (c’est ouvert à tous !) et on confectionne plein d’objets décoratifs comme des fleurs en crochet, des tabliers, des bijoux… On a participé à deux marchés artisanaux et l’argent des ventes sert pour la cagnotte du festival !

Pour auto-financer le festival, plein d’objets ont été confectionnés par l’atelier de femmes dont fait partie Sylvie.

 

Il faut en vendre des fleurs en laine pour financer un festival qui dure 4 jours !

Christèle : Depuis la 1ère édition, en mars 2017, le collectif a organisé 16 actions portées par des artistes et des habitants, comme plusieurs lotos, des spectacles des Sépanous et de la Compagnie Léz’arts Hachés, une soirée au P’tit théâtre Notre-Dame avec le conteur Paul Maisonneuve et Gigi Bigot notamment, le marché de Noël aux Halles de Redon, la vente de paniers garnis… Et puis trois entreprises nous soutiennent sous la forme du mécénat, des particuliers nous ont fait des dons, on attend des réponses à des demandes de subventions. La Ville aussi nous aide beaucoup en mettant à notre disposition tout le matériel nécessaire. Grâce à ces soutiens et nos actions, on peut compter sur un budget de 10 000 €, ce qui nous permet de payer les artistes et les techniciens. Le festival aura donc lieu. Si on arrivait à 15 000 €, ça serait mieux bien sûr !

Atelier mandala, un des nombreux ateliers proposés lors de la 1ère édition du festival en avril 2017.

 

Bon, maintenant qu’on a bien plombé l’ambiance avec ces questions pas légères légères… Et le festival, ça va donner quoi ?

Aurélie : Des spectacles de contes, des conférences gesticulées, des concerts, une soirée slam, une veillée, des ateliers manuels et artistiques, deux expositions, une avec des enfants de l’école Marie-Curie (Voir ICI) et une proposée par les Services Volontaires Européens… Et puis, au-delà du programme, les gens qui viendront vont ressentir toute l’énergie qu’on a mis les uns et les autres depuis des mois pour préparer le festival. D’ailleurs, cette année, on va avoir un vrai bar car il y a deux ans, des spectateurs avaient trouvé dommage de ne pas avoir un lieu pour prolonger les rencontres autour d’un verre.

 

A noter : parmi les partenaires du festival, il y a le Centre social, le Conseil de développement, la Mapar, la Recyclerie, l’ESATT, le Groupement culturel breton, le conseil citoyen…

Programme et réservation possible sur :https://amartssolidaires20.wixsite.com/festival2019
Demande d’informations supplémentaires : amartssolidaires2019@gmail.com + Facebook

 

Retrouvez cet article dans le N°26 de Cactus :