“Au bon muscadet” devient café associatif !

Jour de chantier “Au bon muscadet”

Fermé depuis quelques années, le bar “Au bon muscadet” à Allaire s’apprête à rouvrir ! Mué en café associatif, il garde son nom… pour mieux souligner qu’il s’inscrit dans l’histoire du lieu et de la commune. Géraldine Chauvel, co-présidente de l’asso, nous en dit un peu plus sur cette initiative.

Cactus : “Le Au Bon Muscadet est un bar associatif qui a pour vocation de contribuer au dynamisme de la commune d’Allaire”, peut-on lire sur votre page Facebook…. Peux-tu nous expliquer ce qui va se passer dans ce bar ?

Géraldine : Oui, mais avant tout, je voudrais souligner que la première démarche que nous avons faite, après avoir rencontré le propriétaire des lieux, a été de réunir les gens de la commune pour connaître les motivations des uns et des autres avant de se lancer. A notre grande surprise, nous nous sommes retrouvés à une quarantaine de personnes. Donc la question de savoir si on y allait ou pas, ne se posait plus !

Et pour répondre à la question : “que va-t-il se passer dans ce bar ?”, je répondrais… je ne sais pas !

Une chose est sûre, c’est qu’ouvert dès 16 h, le bar sera très familial jusqu’en première partie de soirée (avec babyfoot, jeux…). La deuxième partie de soirée, nous l’espérons festive et musicale (boeufs improvisés), un peu comme dans un pub irlandais. Aucun programme n’est prévu, place à chacun pour faire vivre ce lieu !

Cactus : Comment est venue l’idée de rouvrir ce bar ? Servir de l’alcool, assurer un minimum d’ouverture… Ce sont de grandes responsabilités, non ?

Géraldine : Ce bar, on y tient, c’est une pépite ! Pas d’écran, vieux bar vintage, comptoir en formica….deux salles, du style quoi ! On s’y sent bien pour boire un coup. Ce qui est plutôt rare de nos jours.

Photo ancienne montrant le bar et à côté la boulangerie , sur la place de l’église.

Et oui, c’est une responsabilité de servir de l’alcool, c’est pour ça que chaque personne qui consomme doit adhérer à l’asso car nous ne sommes pas en mesure de servir les non-adhérents. Nous demanderons une participation libre afin que chacun s’y retrouve.

Il aura fallu 9 mois pour faire aboutir le projet (se renseigner sur les droits, les devoirs d’un café associatif…). Et maintenant nous sommes prêts !

Cactus : Combien êtes-vous dans le groupe ? Comment allez-vous vous organiser ?

Géraldine : Pour assurer l’ouverture du bar tous les vendredis, il faut du monde ! Sachant que nous sommes partis sur 4 bénévoles par soir. Deux tranches horaires pour deux binômes. Mais si nous sommes aujourd’hui une cinquantaine, ça nous fait que quelques vendredis à assurer (4 dans l’année). Mais si on double le nombre de bénévoles, je te laisse faire le calcul !

Cactus : ah… passons plutôt à la dernière question, parce que moi, les maths 🙁 Pour concrétiser l’idée, vous êtes-vous rapprochés d’autres cafés du même type, je pense par exemple au café de la Pente à Rochefort-en-Terre ?

Géraldine : Oui, deux membres du bureau se sont rendus à Augan, au Champ commun (Note de la rédaction : Une association, plus exactement une société coopérative, a rouvert dans cette petite commune non loin de Ploërmel une épicerie et un bar (et même une brasserie !) Une belle expérience à découvrir ICI). Les échanges ont été très riches concernant la législation, le positionnement de l’association, les responsabilités.

Nous n’avons pas cherché à rencontrer un café associatif pour des idées de projets. L’idée de départ est bien de rouvrir le bar et de maintenir le lien social entre les habitants.

Cactus : merci Géraldine pour ces réponses ! Et rendez-vous le 9 juin à 18 h !

Retrouvez l’équipe du Au bon muscadet sur Facebook