Au moulin de la Fosse avec Prune

Au moulin de la Fosse avec Prune

Le 18 septembre, à Quelneuc, le moulin de la fosse ouvre ses portes. Petite incursion sur place en attendant, à travers les yeux de Prune, 10 ans.

© Jacques Quinton
© Jacques Quinton

J’ai visité le moulin de la Fosse à Quelneuc en faisant un reportage avec l’équipe de Cactus. On s’est rendu compte que la restauration du moulin permet d’entretenir et de faire vivre l’ensemble du site. Tout ça grâce à la passion et à la bonne volonté des bénévoles emmenés par Jean-Claude, notre guide.

Au moulin de la Fosse, j’ai appris que le moulin à eau fabrique encore de la farine à partir de blé ou de sarrasin. Il est le dernier des 38 moulins à eau qui fonctionnaient en 1850 sur l’Aff, entre la forêt de Paimpont et Glénac ! Pour faire tourner le moulin, le meunier actionne une manivelle. Elle ouvre la vanne qui libère l’eau. La roue (à aube) se met à tourner. Jean-Claude, qui est le descendant des derniers meuniers qui travaillaient ici , nous a expliqué que la roue pouvait effectuer 6 tours par minute.

A l’intérieur du moulin, il y a plein d’engrenages. C’est impressionnant. Toute l’énergie de l’eau est utilisée. Les roues avec les dents (aluchons) font tourner les meules qui sont au dernier étage du moulin. La meule peut faire 16 tours quand la roue dehors en effectue un. Les épis de blés sont écrasés et la farine descend dans des petits tubes qui se déversent dans des seaux. Pour bien comprendre, le plus simple est de venir le 18 septembre ou de contacter Jean-Claude pour venir avec sa classe.

© Jacques Quinton
© Jacques Quinton

Enfin, ce que je retiens aussi, c’est qu’il a fallu beaucoup de bras et d’énergie pour remettre en marche le moulin qui date quand même du 17ème

siècle. La famille de Talhouët, qui est propriétaire du château à côté et du moulin, aide bien aussi. Quand Eric, l’Anglais de l’équipe, dit que le coin est « un petit paradis », Bernard rappelle : « on y met de l’agrément aussi ! On travaille dur ! Heureusement, on est toujours nombreux à répondre présent ! » On s’en rend compte quand on est sur place : sans le bief, un petit bras de la rivière, le moulin ne pourrait pas tourner ! Il faut l’entretenir. Comme le déversoir (ou barrage) qui sert à réguler le niveau de l’eau. Et en 2013, l’association a même dû creuser une passe à poissons pour leur permettre de passer malgré le barrage. Ils sont sauvés. Comme le moulin…

Prune, 10 ans

https://moulindelafosse.wordpress.com/

Pour contacter Jean-Claude : 06 56 86 48 69