Concert : Gurvan et ses instruments bizarres

Gurvan et sa vielle à roues
Gurvan et sa vielle à roues

Gurvan Liard a toujours été attiré par les instruments « bizarres ». C’est grave, docteur ? Non. La preuve en sons avec son premier album. Venez le découvrir en concert le vendredi 19 février au Ciné Manivel.

Cactus : Que ça soit quand tu accompagnais d’autres musiciens ou en solo depuis 2013, tu joues de la vielle à roue. C’est une drôle d’idée. C’est pour faire l’intéressant… comme le paon ?

Gurvan Liard : On va dire que d’une certaine façon, ça m’a permis de me démarquer, si je suis ton idée. Mais ce n’est évidement pas une fin en soi. J’ai toujours été attiré par les instruments un peu “bizarres”. La première fois que j’ai vu une vielle à roue, j’ai été émerveillé par son allure, son histoire (elle remonte au 11ème siècle) et bien sûr sa sonorité. J’en ai très vite fais mon instrument de prédilection, en l’associant à des styles de musiques très divers et en travaillant avec des artistes aux univers contrastés (Orange Blossom, Michel Aumont, Roland Becker…).

https://youtu.be/0ZcrkHmgoAg

Cactus : Tu viens de sortir ton premier album, “Dounia”. C’est un album très world music. Comment la vielle à roue trouve sa place à côté des percussions et le saz ?

Gurvan Liard : La vielle à roue est un instrument à cordes frottées par un archet circulaire en bois (une roue) muni d’un clavier. Elle peut jouer trois registres sonores simultanément : le bourdon (note continue faisant office de nappe sonore), la mélodie (via le clavier) et le rythme (obtenu par des coups de poignet en tournant la manivelle). C’est un instrument très complet. Associé aux percussions, cela offre des polyrythmies, et au saz , un duo complémentaire de cordes frottées (la vielle) et de cordes pincées (le saz). cet instrument apporte de nouvelles sensations et un univers sonore singulier. La vielle à elle seule peut nous faire voyager en Inde ou en Afrique, tout dépend de quelle manière on l’utilise.

Cactus : “Dounia”… c’est le monde, c’est ça ? Tu t’intéresses aux musiques traditionnelles du monde.

Gurvan Liard : “Dounia” est un mot arabe qui signifie “le monde”, mais il se traduit aussi par “l’existence”, “la vie”. Ce mot nous parle d’universalité, ce qui correspond bien à l’esprit du disque. Chaque culture musicale a ses propres couleurs, mais vu d’en haut, c’est une grande famille qui parle le même langage. Dans cette pépinière, je crée mon propre univers ultra-métissé. Il y a en France pour se divertir et se cultiver. Il y a pleins d’opportunités pour s’imprégner du monde.

 

Concert au Ciné Manivel, le vendredi 19 février à 19 h 30.

Pour découvrir l’univers de Gurvan Liard, n’hésitez pas à visiter son site : http://gurvanliard.com/