Le jazz, une musique élitiste ?

La chanteuse de jazz Nathalie Herczog. Crédit photo : Jacques Quinton
La chanteuse de jazz Nathalie Herczog. Crédit photo : Jacques Quinton

A l’occasion du festival Jazz au Pays de Redon (10-12 déc.), Cactus met les pieds dans le plat : le jazz serait une musique… tout sauf populaire. Une idée répandue que conteste Nathalie Herczog, chanteuse professionnelle de jazz et habitante de Glénac.

 

Idée reçue n°1 : le jazz est une musique d’intellos !

Nathalie Herczog : beaucoup de gens pensent cela. Le jazz serait réservé à une élite. C’est étonnant car cette musique vient de la rue, du peuple, des bordels même… Les origines du jazz sont aussi populaires que celles de la musique traditionnelle bretonne par exemple. Que fait-on quand on crée un morceau de jazz ? On part d’un air oral. C’est une musique qui se transmet oralement. Beaucoup de musiciens de jazz ont d’ailleurs une approche instinctive au départ. Après, ils perfectionnent leur technique, vocale ou instrumentale.

 

Le groupe des Girls Talk Jazz Quartet (girlstalkjazz.com). Crédit photo : Jacques Quinton
Le groupe des Girls Talk Jazz Quartet (girlstalkjazz.com). Photo : J. Quinton

 

Idée reçue n°2 : le jazz, c’est compliqué…

Cette idée que le jazz serait une musique « compliquée » est liée au fait que beaucoup de personnes pensent jazz contemporain. Or, le registre du jazz est très vaste. Dans notre pratique, on revisite tous les styles musicaux. On peut créer un morceau à partir de chansons enfantines, comme Au clair de la lune ou J’ai du bon tabac. On peut également faire du jazz en s’inspirant de comédies musicales, comme La mélodie du bonheur qui a inspiré la chanson My favorite things interprétée notamment par le musicien John Coltrane et son groupe :

 

Le jazz est un style, non une composition. N’importe quelle musique peut être interprétée en jazz, du moment qu’on sait s’y prendre. Ce n’est pas ce que vous jouez qui compte, mais la façon dont vous le jouez.”

Jelly Roll Morton, dans “Le Jazzophone”

 

Personnellement, je me suis orientée vers le jazz, alors que je viens du classique, car le jazz permet de retrouver une certaine spontanéité que je trouve plus créatrice et aussi de se réapproprier plein de chansons, comme, sur mon dernier album, La ballade irlandaise de Bourvil, qui n’est pas du tout un morceau jazz à l’origine, comme ne l’est pas non plus une composition de Satie, que nous avons interprétée façon jazz avec mon groupe Trio la Vuelta. Et ça, seul le jazz le permet, simplement en variant le rythme d’accompagnement.

Un panel des interprétations de Nathalie Herczog ici : http://www.zicmeup.com/player-20070-0-96506-0.html

 

 

Le jazz est souvent très festif. La programmation du festival est là pour le prouver chaque année :

jazz

Programme complet, tarifs et billetterie sur www.jazzaupaysderedon.fr/