Au volant de ma Clio 3

Jean-Baptiste Vallée conduit une voiture de rallye et va aussi vite qu’une Formule 1… A 27 ans, il a transformé sa passion d’adolescent de Théhillac en une activité engageante. Vroum !

Jean-Baptiste Vallée

Jean-Baptiste, comment t’es-tu mis à la course automobile ?

Mon père suit le rallycross depuis que ça existe, en 1977. Il est toujours resté en spectateur et m’emmenait très souvent aux courses. Je faisais signer les carnets d’autographes aux pilotes et récupérait leurs posters. Je les voyais vraiment comme des super-héros avec leurs combinaisons !

Puis à l’adolescence, je me suis dit qu’un jour, il fallait que je roule.

J’ai fait un BEP Mécanique automobile au lycée Marcel Callo à Redon, puis un BAC STI et un BTS MCI (Moteur à combustion interne à la Joliverie à Saint-Sébastien-sur-Loire). Et quand j’ai fini mes études en 2012, une formule de promotion pour les moins de 25 ans était créée : la coupe Twingo r1. Je me suis dit que c’était le moment de me lancer ! J’avais 3 ans pour gagner ce challenge, qui permettait au vainqueur d’avoir une saison complète payée au volant d’une vraie voiture de course : une super 1600.

J’ai économisé un an pour avoir ma structure, la voiture et le matériel. Et en juillet 2013, je participais à ma première course de rallycross. Les deux années suivantes, j’ai effectué les saisons complètes. En 2015, j’y étais presque ! Mais j’avais peut-être vu un peu grand pour un débutant en sport automobile comme moi… Je n’avais que très peu de relations alors, j’ai dû me contenter des sites Internet spécialisés pour m’aider à construire mon projet.

Mais, conduire des voitures dans ces conditions, ça ne s’improvise pas !

La coupe Twingo R1 permet aux débutants d’apprendre le pilotage. Mais, j’ai appris sur le tas. Je n’avais ni l’expérience, ni le budget pour effectuer des stages de pilotage. Tout le budget était réservé à la voiture, à la structure et aux déplacements sur les circuits qui sont situés partout en France. Aujourd’hui, pour faire une saison complète (10 courses qui se déroulent de mai à octobre) dans cette catégorie, il faut un budget aux alentours de 10 000 €.

C’est au bout de deux ans de compétition que j’ai commencé à monter sur les podiums. Avec l’envie, la motivation et la détermination, on peut déjà très bien rouler.

Et se faire quelques frayeurs j’imagine ?

Oui, c’est sûr ! Pour aller vite en course, du moins en rallycross, il faut faire confiance à son instinct. Il ne faut pas trop réfléchir et aller au combat. Je n’ai pas eu de souvenir très flippants, même si j’ai fait des tonneaux en 2015. Je n’avais pas eu le temps d’avoir peur. Au départ, avec 5 voitures de front, la situation peut être tendue dans les premiers virages.

Et aujourd’hui, tu en es où ?

Maintenant, je roule dans la catégorie D3, toujours dans le cadre du championnat de France de Rallycross, où roulent des voitures impressionnantes, dotées généralement d’un moteur V6 3,5L Renault Nissan (et ses plus de 400 chevaux), et de 4 roues motrices. Dans cette catégorie, il faut être entouré d’une vraie équipe. Le budget n’est pas le même, il faut entre 25 000 et 30 000 € pour effectuer une saison complète, en comptant les révisions, les pneumatiques, les engagements, etc. Je finance la plus grande partie avec mes propres fonds (NDLR : Jean-Baptiste travaille dans une entreprise de Redon depuis 2016). Mes proches m’aident comme ils peuvent et puis des entreprises me soutiennent beaucoup. Toute proposition de communication avec la voiture est toujours la bienvenue !

Ton ambition pour les années à venir ?

Continuer à prendre de l’expérience avec la voiture, notamment au niveau des réglages –ce genre de voiture peut être réglé de mille manières différentes– mais aussi de réaliser le plus possible de Top 8, c’est-à-dire d’être en finale. Ce dernier objectif est réalisable, puisqu’à la dernière course, fin juillet, à Kerlabo, je me suis qualifié en finale pour la première fois dans cette catégorie.

Prochaine épreuve du championnat de France : les 22 et 23 septembre à Mayenne.

Facebook : Jb Vallée Compétition