Natacha fait son tour de Bretagne à pied

Natacha sur le barrage d'Arzal. Photo prise par elle et utilisée avec son autorisation

Publié le 4 mai. Modifié le 21 juin 2021.

Vendredi 23 avril, la Redonnaise Natacha Tallemet est partie pour un tour de Bretagne à pied. 1800 kilomètres qu’elle prévoit de parcourir en quatre temps. Rencontre en chemin. En deux temps : début mai puis début juin.

Natacha, vous ne la connaissez peut-être pas. Mais, vous connaissez le lieu du Chat Pot Thé, le salon de thé qu’elle tient et anime depuis juin 2020 dans cette grande maison sur le rond-point de la Place de la République (face au Carrefour Market) (1).

Natacha : « Je n’ai pas vraiment pu relancer une activité normale depuis le déménagement du salon en juin dernier (avant, il était rue Saint-Michel). Il fonctionnait avec les rencontres et les activités culturelles ! Tout ce qu’on ne peut plus faire depuis un an !« 

Alors, l’idée lui est venue de découvrir toute le côte bretonne par le sentier des douaniers jusqu’au Mont-Saint-Michel puis de revenir par le chemin de Compostelle, pour faire une belle boucle autour de Redon.

"L'idée posée, j'ai voulu partir sans plus attendre !"
Natacha Tallemet
"Un beau spot pour la première nuit, en bord de Vilaine ! Les ampoules avaient dit STOP !" Photo utilisée avec l'autorisation de Natacha

Mais, Natacha n’est pas partie sur un coup de tête. D’abord, elle aime marcher (c’est mieux pour parcourir 1800 kilomètres !). Et puis, elle a l’expérience d’une longue marche.

Jusqu’à St-Jacques-de-Compostelle

« En 2016, un besoin impérieux s’est imposé à moi et je suis partie à pied de Redon jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle (nord-ouest de l’Espagne). Partie le 5 septembre, je suis arrivée le 4 novembre. 60 jours de marche sans en avoir vraiment programmé la durée. J’ai parcouru, par la Vendée, le chemin de Tours, Hendaye, le chemin du nord jusqu’à Oviedo et le « Primitivo » à travers les Asturies. Au total : 1270 km !« 

Un peu d'air après une bnne journée de marche... Photo prise par Natacha et utilisée avec son autorisation

« L’envie de marcher, de marcher au long cours sans contrainte de temps, m’a reprise soudainement, à cause du contexte actuel.
Je crois en la libre circulation de toutes les personnes, en tous temps et à travers toutes les frontières. C’est un sentiment qui s’impose que la vraie liberté est celle de bouger. Aujourd’hui, on se trouve empêcher de travailler, de bouger, de faire des projets, de se divertir…

« Je me sens déborder par trop d’informations contradictoires, trop de contraintes, trop d’émotions. Marcher me permet de revenir à l’essentiel. »

A la Roche Bernard commence le GR 34 qui fait le tour du Golfe du Morbihan. Photo prise par Natacha et utilisée avec son autorisation

Première partie du périple : Redon – La Roche-Bernard par le GR 34. Pas trop monotone de longer la Vilaine pendant plusieurs jours ?

« Suivre la Vilaine, c’est comme suivre un fil. Les paysages sont très changeants dans la vallée de la Vilaine : plats et larges vers Rieux, très verdoyants et vallonnés au niveau de Foleux (Béganne) ; puis très encaissés en arrivant à La Roche-Bernard, avec des forêts, des abrupts de granit. Et j’ai découvert l’embouchure du fleuve après Arzal ! C’est encore différent, on sent la présence de la mer qui approche petit à petit. »

Photo prise par Natacha et utilisée avec son autorisation

« Et puis, quand on habite Redon, on est habitués à la présence de l’eau qui est partout ! Avec la Vilaine, mais aussi le Canal de Nantes à Brest ou l’Oust, que cela soit au niveau venant du Pont d’Oust à Peillac, site que j’ai beaucoup fréquenté puisque je suis de St-Gravé, ou de l’île aux Pies que nous affectionnons particulièrement avec les enfants et la famille, ou encore, pour ce qui est du bord de Vilaine avec le site de la Carrière à Fégréac et l’écluse du Bellion ou le port de Rieux en face. »

Après La Roche-Bernard, Natacha a atteint le golfe du Morbihan après fait 11 jours de marche. « Un fin fond du Golfe, comme elle le dit elle-même (et comme le montre sa photo ci-dessus), marécageux, vaseux. C’est long d’en sortir !« 

Son chemin est et sera parsemé de moments un peu difficiles (notamment à cause du vent froid qui sévit alors) mais aussi de moments de rencontres, humaines comme animales… Un matin, au pont de Vincin, elle a pu observer un chevreuil faire un bain de mer.

"J'aime marcher. Avec l'âge, je me dis que c'est l'activité qui ne fait pas mal au corps et qui fait du bien au mental. Marcher c'est comme méditer. On est dans l'instant présent. C'est la vraie liberté."

En pratique, Natacha veille à n’être jamais bien loin de Redon, avec des possibilités partout de revenir en train si besoin.

Des allers-retours salutaires car 1800 kilomètres, c’est long !

Le programme

3 semaines en mai pour longer la Vilaine depuis Redon jusqu’à la mer par le GR 349. A La Roche Bernard commence le GR 34 qui fait le tour du Golfe du Morbihan. Continuer jusqu’à Lorient.

4 semaines en juin : reprendre le parcours jusqu’à la presqu’île de Crozon.

« Je serais de retour pour le festival Les Musicales de Redon le 1er juillet et repartirai à la fin, mi juillet. »

Mi-juillet : reprendre à Morlaix pour finir la pointe de Crozon en descendant.

En août : repartir sur la côte nord, la côte de Granit rose et la côte d’Emeraude.

En septembre : au Mont St-Michel, rentrer à Redon par le chemin de Compostelle.

« Après, tous les ajustements restent possibles en fonction des circonstances. Je n’ai pas de délai, ni d’obligation particulière« , précise Natacha.

Pour la marcheuse, l’essentiel n’est pas dans la prouesse sportive. « Le plus difficile finalement est de sortir de son confort habituel pour décoller de chez soi et partir. C’est le premier pas qui coûte !« 

(1) 7 rue Maréchal Foch – Lien vers la page Facebook du Chat Pot Thé.

Cet article vous a-t-il intéressé ? Si oui, partagez-le.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email