L’Argentine à Redon

Et un festival de plus dans le Pays de Redon ! Le festival L’Abrazo de la Vilaine, du 30 août au 1er septembre, entend croiser patrimoine redonnais et musique argentine. Un résumé du couple que forment Marie, Redonnaise, et Sebastian, Argentin.

 

Au départ, une rencontre

 

Photo : Philippe Caharel
Région (en blanc) d’où est originaire Sebastian.

Au départ, il y a une rencontre. Celle de Marie et Sebastian en Andalousie, dans le sud de l’Espagne. Lui est déjà danseur professionnel de tango. Originaire de la province de Catamarca au nord-ouest de l’Argentine, il a d’abord pratiqué les danses folkloriques avant d’apprendre le tango (qui est de Buenos Aires, la capitale du pays).

Marie, elle, raconte avoir vu Sebastian danser en Espagne et s’être mise au tango, en même temps qu’elle suit des études de cinéma. Ils vivront dix ans en Andalousie et il leur arrive de danser ensemble, pour les touristes comme pour accompagner compagnies et formations musicales. Il y a deux ans, ils viennent s’installer sur les terres de Marie. Ils proposent par ici des cours et des stages de tango pour le compte de l’association créée pour l’occasion : El Abrazo Tango et se donnent en spectacle en France et à l’étranger pour le compte de leur propre compagnie : Trespugliese.

 

Un festival ouvert à tous

 

La chapelle des Calvairiennes, un lieu inédit pour apprendre les rudiments du tango

Le tango est une danse qui ne s’apprend pas en deux-trois mouvements. Mais, l’idée du festival est bien d’associer « tangueros » (les pratiquants) et habitants non-initiés qui verront là l’opportunité de découvrir une culture riche. Par exemple, le concert proposé le vendredi 30 août au soir par le groupe de musique Galeón Tango (avec les danses de Marie et Sebastian) est à noter.

Ceux qui aimeraient danser le pourront. Soit au Grenier à sel (quartier du port de Redon) autour d’une initiation au folklore argentin (plus accessible que le tango), soit dans la chapelle des Calvairiennes, un lieu inédit pour apprendre les rudiments du tango.

 

Une initiation à la Chacarera (folklore) est prévue au Grenier à sel.

 

(Vous pourrez aussi avoir une première idée de la culture argentine le 28 juillet en assistant (en tant que spectateur… à moins que vous ne dansiez le tango !) à une « milonga » (bal de tangos) en plein air, à la Croix des marins (Redon)).

 

Si, hablo el tango !

 

« Fioritures » : des mouvements de base structurent le tango, mais une grande part de la danse est laissée à l’improvisation des danseurs. Les fioritures recouvrent les mouvements des jambes réalisés librement par l’un ou l’autre des danseurs.

« Les codes ». Le tango est une danse qui répond à un ensemble de règles. On ne fait pas n’importe quoi ! « Il y a une manière d’entrer sur la piste de danse, d’inviter une personne à danser, explique Marie. Il ne faut pas non plus changer de partenaire pendant une même tanda, c’est-à-dire 3 ou 4 morceaux d’un même ensemble musical… »

 

Pour découvrir le programme complet : //abrazovilaine.wixsite.com/tango/programme

 

Retrouvez cet article dans le Numéro de juillet-août 2019 de Cactus-pays de Redon :