Rencontre avec Arlette Hamon, militante de l’association France-Palestine Solidarités

 

En Palestine, les agriculteurs subissent de plein fouet l’occupation israélienne en étant empêchés d’accéder à leurs terres. Une situation qui choque, surtout quand on est soi-même originaire de la terre. Arlette Hamon, de Peillac, est allée sur place plusieurs fois avec d’autres personnes. Mardi 9 mai, à la médiathèque de Peillac, elle partagera son témoignage après la projection du documentaire Palestine : les raisins de la résistance. Elle en donne un avant-goût pour Cactus.

Ma première rencontre avec les agriculteurs Palestiniens a eu lieu en 2001. J’avais appris que c’était la deuxième année où certains d’entre eux étaient dans l’impossibilité d’accéder à leurs terres pour effectuer leur récolte. Notre rôle a été de les accompagner, car face à des groupes de 12 à 15 personnes venant de plusieurs pays, l’armée Israélienne était moins agressive. Nous avons pu faire des récoltes, alors que dans le même temps, plusieurs paysans ont été tués à l’entrée de leurs oliveraies.

C’est pour cette raison que j’y suis allée. Je voulais juste offrir mon soutien à ces paysans palestiniens.

Cette année-là, nous avions rêvé que les paysans pourraient de nouveau exploiter librement leurs oliveraies, même celles placées près des colonies. Hélas non ! Et depuis cette date, chaque année, des volontaires, par groupes d’une douzaine, vont accompagner et protéger les paysans lors de leur récolte, missions pilotées par l’association France Palestine Solidarité.

J’y suis retournée quatre fois : en 2003, 2005, 2006 et 2007. Au cours de ces séjours, nous avons découvert le problème du raisin, culture principale de la région d’Hébron. Les difficultés de déplacement, liées notamment aux nombreux checkpoints, ont réduit sa commercialisation en Cisjordanie et Gaza. Il était donc vendu au marché de gros à un prix ridicule, où il restait carrément à pourrir.

Peu à peu est née l’idée de transformer le raisin en jus, stockable et commercialisable même dans des conditions difficiles. Objectifs : valoriser au mieux le raisin, réguler le marché, et ainsi permettre aux paysans de faire vivre leur famille. Un bel exemple de résistance non-violente à l’occupation et à la colonisation.”

Rencontre-témoignage à la médiathèque de Peillac, le mardi 9 Mai, 20h30

Projection du film documentaire « Palestine : les raisins de la résistance » (18 mn), qui raconte l’histoire de la coopérative Al Sanabel suivie d’une discussion avec Arlette Hamon et Janick Jollivel.