Une balade chorégraphique en Afrique

Céline Rouleaud est danseuse et comédienne. François Daniel est musicien et comédien. Dans le cadre des Minuscules, ils proposent le spectacle Enraciné, co-produit par l’association TAm Tama (basée à Saint-Nicolas-de-Redon) et la compagnie D’Icidence. Spectacle interactif, pour les enfants de 1 à 3 ans, à Saint-Perreux et Saint-Nicolas le 26 novembre. Gratuit.

©Ingrid Borelli
©Ingrid Borelli

« On vient de là… 15 ans qu’on travaille autour de l’art africain, un art qu’on a fini par s’approprier pour créer notre propre univers. Personnellement, tout a commencé avec la découverte de la percussion à 13 ans et de la danse africaine. Il y a eu des voyages et des rencontres, et la passion s’est révélée. Dans le spectacle Enraciné, le thème central est la calebasse.

« On en voit plusieurs sur la photo. C’est vraiment l’élément principal de notre décor. On peut même dire que l’arbre représenté sur la scène est inspiré par ce fruit, puisqu’il existe l’arbre, le calebassier, que l’on trouve aussi en Afrique.

« Avec François, on joue de cinq instruments dans ce spectacle. Du balafon tout d’abord, que l’on trouve beaucoup en Afrique de l’ouest. C’est le xylophone africain. Celui de François a été fabriqué par un Malien sur mesure. Le tambour d’eau est étonnant. C’est François qui en joue sur la photo. Ce sont des calebasses renversées dans une autre calebasse remplie d’eau. Les plus grosses calebasses servent de récipients pour la cuisine. Les vieilles femmes en jouent lors des réunions de femmes.

« On joue aussi du bara, une grosse calebasse ronde avec une peau de chèvre comme le djembé. Les tressages disposés autour de la calebasse permettent de retendre la peau. Important par ici, avec l’humidité. La calebasse, retournée sur un coussin, est un instrument que l’on voit souvent en France. Et puis nous jouons de la sansula, un piano à pouce. »