La magie Poupougne

Depuis sa Une dans les Infos du Pays de Redon en décembre 2011, Poupougne vole sur un petit nuage (et au-dessus surtout). Célébrité locale assurément, mascotte du Pays de Redon sûrement… mais bien plus encore.

Poupougne en compagnie de William et Kev Adams
Poupougne star de ciné !

Ce qui n’était au début qu’une histoire sympa entre amis est devenu un défi partagé par de nombreux habitants du Pays de Redon. De parfaits inconnus se passent Poupougne pour le faire voyager à travers le monde, et le faire poser avec des célébrités ou des gens rencontrés au hasard.

Au départ, Poupougne n’était qu’une peluche. Ce qui est déjà très bien. Mais, elle (la peluche, parce que bizarrement, Poupougne s’est masculinisé par la suite) n’aurait jamais pu se douter qu’elle allait devenir la 1ère peluche à effectuer la traversée la plus longue de l’Antarctique (2045 km sans assistance), de novembre 2014 à janvier 2015, en compagnie d’un couple originaire de Plessé*. Il ne s’agit là que d’un exemple de ses exploits.

Offerte à son propriétaire, le 4 juin 2005 à 16 h 30 (ce qui est, vous me l’accorderez, une drôle d’heure pour offrir un tel cadeau mais enfin passons), Poupougne ne se nommait pas encore Poupougne. Confidence de Pierre-Marie Huet, le propriétaire : « je ne lui avais pas prêtée plus d’attention que cela ». Vu comment sa vie démarrait, la peluche aurait donc pu finir sa vie tranquille sur un couvre-lit, ou pire dans une malle.

Dans les bras d’un autre

Dans le désert du Rajasthan
Dans le désert du Rajasthan

Mais, une habitude est prise : Poupougne est invitée à de plus en plus de soirées, où tout le monde prend la pose avec Poupougne. La peluche devient mascotte ! Premier voyage à l’étranger en 2006 (au Quebéc). Première photo dans les bras d’un autre (déjà) : la chanteuse Linda Lemay. Puis premier voyage avec une autre personne. Et, la même année : le baptême. Sur le choix du nom de Poupougne, le mystère reste entier. Entre l’injonction à se taire (« alors, poupougne, hein! »), le verbe se poupougner (se faire plaisir en prenant soin de son corps) et enfin une expression , disons grivoise (« Pierre, on ne se tripote pas les poupougnes en classe ! »), chacun préférera celle de son choix…

Des rencontres surprenantes

Et puis enfin cette Une dans l’hebdomadaire local il y a quatre ans consacrée à l’histoire -jusque là plutôt confidentielle- de Poupougne. « Cela a été l’explosion sur notre page facebook**. Avec trois amis***, nous avons eu alors l’idée de créer une association pour mettre la notoriété de Poupougne au service du Pays de Redon et de causes humanitaires », raconte l’heureux propriétaire. L’association La Famille Poupougne est née.

Pôle Sud 2014

Depuis, les voyages n’ont cessé. Avec leur lot de rencontres parfois surprenantes. « Un ami a réussi à entrer dans un monastère au Cambodge, qui n’était pas accessible normalement, simplement parce qu’il a montré Poupougne aux moines. Le dialogue s’est noué comme ça. » Nombre d’amitiés ont commencé par un échange simple et léger sur Poupougne. La démarche de demander à des personnalités mais aussi à des gens de toutes conditions de poser avec lui est très largement bien accueillie. « Selon nos dernières études, les gens de la planète l’adorent à 98,6% ». Magique Poupougne !

Retrouvez et vivez les aventures de Poupougne chaque mois dans Cactus !

Rendez-vous dans le numéro de mars.

*Une conférence de Stéphanie et Jérémie Gicquel qui ont traversé l’Antarctique à ski l’hiver dernier aura lieu en mars.

**Facebook.com/poupougne

***Peggy Ménager, Sonia Rouxel et Damien Guillas.