Habitant du Pays de Redon, tu iras au théâtre !

Ce n’est pas obligé… mais fortement conseillé ! Aller au théâtre soigne en douceur (ou pas) des contrariétés, de la trop grande longueur des soirées d’hiver, des bobos… L’équipe du Canal fait sa rentrée vendredi. Le moment opportun pour bombarder Frédérique Bertineau, la directrice du théâtre intercommunal, de questions piquantes – bêtes (rayer la mention inutile).

 

CACTUS : Le théâtre que tu diriges s’appelle le Canal. Attends voir… Canal pour canal de Nantes à Brest c’est ça ? Mais, honnêtement, vu votre programmation, qui s’adresse à plein de publics différents, on ne pourrait pas le re-baptiser : le pont ? Qu’en penses-tu ?

Frédérique : Le Canal… je garde ce nom, pour aller d’un point à un autre. Cependant, sur le canal, il y a des ponts, certains existent déjà, d’autres restent à construire. Au Canal, nous construisons des ponts entre les cultures, entre les générations, nous construisons des ponts avec l’environnement, le social, avec le monde en général car tout nous intéresse, on est curieux de tout et de tous.

CACTUS : Tu serais pas du genre directive, non ? Quand on lit la programmation de la saison (qui débute vendredi soir), c’est ordre sur ordre : occupe-toi du bébé ! ; On ne badine pas avec l’amour ; Mange tes ronces… Non, mais oh, c’est quand même à un Cactus que tu parles !

Frédérique : Probablement que l’injonction est dans l’air du temps… elle fait donc partie de la programmation, l’art étant l’un des révélateurs d’une société. Mais heureusement, qu’il y a des Cactus et des artistes pour questionner cela !

La pièce “Le bruit des arbres qui tombent”, un des 30 spectacles ou concerts que le théâtre le Canal organisera cette année.

 

CACTUS : Si tu devais programmer une seule date, laquelle retiendrais-tu ? Pas facile j’avoue…

Frédérique : “Le bruit des arbres qui tombent” car la lecture est infinie. C’est un spectacle qui pourrait se voir 10, 20, 30 fois avec, à chaque fois une interprétation différente.

CACTUS : Vous attaquez fort cette année je trouve, avec les Ogres de Barback (qui devraient être complets) puis Emily Loizeau. Des concerts, c’est une demande du public ou c’est juste qu’il y avait une opportunité de faire venir deux artistes que tu affectionnes particulièrement ?

Frédérique : La demande du public était plutôt de retrouver un opéra cette année, le Médecin malgré lui. Pour les Ogres de Barback, c’est une histoire qui a plus de 20 ans mais je ne vais pas vous raconter mes débuts dans le métier. Pour Emily Loizeau on avait déjà décidé de la faire venir il y a deux ans, mais la tournée a été reportée pour un heureux événement, alors on l’accueille cette année dans la région.

 

CACTUS : Cette année, votre programme a été décliné en plusieurs couvertures. Pourquoi ? Et plus globalement, quel est le but recherché à travers le travail qui est effectué sur le programme chaque année, avec le graphiste Mathieu Desailly ?

Frédérique : Ca fait trois ans que nous avons plusieurs couvertures de plaquettes, cette année chacun peu choisir la couleur qu’il préfère. Une plaquette, on la garde toute l’année alors, si on peut la choisir, c’est mieux.

La première idée évoquée avec Mathieu Desailly a été la création d’une plaquette qui ne serait pas uniquement un outil de communication mais aussi un objet de médiation et un objet artistique. Alors,nous nous sommes dit qu’il y avait le site internet avec les photos des spectacles et que, donc, la plaquette pouvait jouer un autre rôle : nous permettre de rencontrer des habitants du territoire qui ne sont pas toujours des spectateurs.

CACTUS : Enfin, en appui de l’équipe qui gère le théâtre, existe l’association des Amis du Canal. Une de ses missions est de ” permettre l’accès aux spectacles des personnes défavorisées, en partenariat avec cinq associations caritatives du territoire”. Peux-tu expliquer brièvement comment fonctionne ce dispositif et donner quelques chiffres ?

Frédérique : L’association Les Amis du Canal s’est engagée dans un travail de médiation culturelle auprès des bénéficiaires des associations suivantes : Secours Populaire, Secours Catholique, Restos du cœur, Croix Rouge, Avessac Sans Frontières. Les bénéfices du bar financent l’accès au spectacle de ces personnes (reste à leur charge 2 €). La saison dernière, il y a eu environ 130 billets utilisés par les bénéficiaires des associations partenaires.

Merci Frédérique pour ces réponses et bonne rentrée !

Pour tous : Rdv vendredi prochain, le 15, à partir de 19h, avec Floe, une performance de Jean-Baptiste André sur une œuvre plastique de Vincent Lamouroux + présentation du programme de la nouvelle saison, en présence des artistes + temps festif autour de grillades en présence (à partir de 20h30) des musiciens de la fanfare Des lions pour des lions.

 

Pour aller + loin :

http://www.lecanaltheatre.fr/