Berceuses pour tout le monde !

Photo : Tanguy Pacault

Depuis plusieurs années, le réseau des médiathèques du Pays de Redon propose un temps fort thématique en mars sur l’ensemble du territoire. Cette année, les médiathèques ont fait le choix de décliner la thématique «Prenons le temps» afin d’explorer les notions d’accélération du temps dans nos sociétés. L’occasion de proposer des ateliers à contre-courant : yoga, Qi Gong, peinture, photographie, balades lecture… et des siestes musicales. C’est ce que proposent Aurore Bréger et Tanguy Pacault, musiciens et professeurs. Rencontre.

 

Cactus : Des siestes musicales, pourquoi ?

Les médiathèques nous ont tendu une perche en lançant leur thème du ralentissement. Nous avions de notre côté très envie d’expérimenter un rapport nouveau au public et de proposer aux gens de se relâcher différemment qu’en fest noz ou en concert (car on se lâche en fest noz !).

La sieste est une habitude universelle et transgénérationnelle. On a envie d’attirer tout le monde (pas que les enfants) vers le (demi) sommeil avec de la musique. Les berceuses sont exclusivement destinées aux jeunes dans notre culture, dommage !

Samedi 3 mars, à la médiathèque JM Bollé, à Redon, pour la 1ère sieste musicale du festival « Prenons le temps »

Amateurs de sieste ou musiciens ?

Amateur de sieste, oui… et amateurs de la sieste des autres également ! Elle nous donne (nous laisse ?) du temps pour nous-même !

Musiciens, certainement ! Nous jouons tous les deux depuis une trentaine d’années, et nous sommes profs depuis près de vingt ans. La transmission est au cœur de nos pratiques, autant au sein des cours que des concerts, festoù-noz, ou rencontres moins formelles.

Aurore Bréger :

On s’est rencontré au Groupement Culturel Breton des Pays de Vilaine il y a de cela une dizaine d’années. Cette formule de duo est une première pour nous, et jusque-là, elle nous enchante !

Vous vous inspirez des chansons traditionnelles qui ont été collectées. Que nous racontent-elles du rapport au temps que nos anciens avaient ?

Les airs autour desquels nous avons travaillé nous laissent entendre que les anciens prenaient le temps, de se cotoyer, de se parler, et de se chanter des airs, tout au long de la journée. Les mélodies recueillies prennent ainsi le temps des étapes, sans aller droit au but ; elles nous laissent le temps d’imaginer et de détourner le sens final avant qu’il ne nous soit révélé.

Nos mélodies en ont hérité leur côté répétitif, lancinant, que ça soit dans les histoires, les paroles ou la musique.

Merci Aurore et Tanguy !

Sieste d’une 1 heure environ, dès 6 ans, gratuit. prochaine séance : samedi 31 mars à 11h à la bibliothèque de Béganne.

 

Article paru dans le N°20 de Cactus – Pays de Redon :