Des livres sous le sapin !

En panne d’idées de cadeaux pour Noël ? Un livre trouve toujours son lecteur ! Quelques conseils de dernière minute…

Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre. Le livre de poche. 

En décembre 1999, une tempête spectaculaire balaie la France. Quelques jours avant, à Beauval, qui pourrait être n’importe quelle petite ville de province, des événements tragiques se déroulent. Un petit garçon a disparu. Rémi est recherché partout, les soupçons s’installent et viennent se poser sur ceux qui ont des choses à cacher. Tout le monde s’épie, mais pendant ce temps-là, Rémi est toujours absent.

Antoine, jeune adolescent, est le voisin de la victime. Il assiste d’une place privilégiée – à bien des égards- à tout ce remue-ménage. Les battues organisées pour retrouver l’enfant ne donnent pas les résultats escomptés. Et puis, la voilà, elle arrive, la tempête qui va noyer toutes les traces et aspirer toute l’énergie des habitants.

Dix ans plus tard, Antoine revient à Beauval, qu’il a pourtant tout fait pour quitter. Il traîne avec lui un lourd secret, dont le poids l’étouffe parfois, par vagues destructrices et imprévisibles, mais avec lequel il parvient à vivre. Il a avancé, il s’est éloigné. Du moins le croit-il.

Aucune page de ce roman ne laisse de repos. L’ambiance des petites villes, dans lesquelles la lutte des classes s’immisce dans les détails du quotidien, la culpabilité, la manipulation pour protéger ses proches, les yeux qui furètent à la recherche des fautes de l’autre, forment un cocktail qui semble prêt à exploser à tout moment. Un roman noir et amoral véritablement fascinant.

Pierre Lemaître a reçu le Prix Goncourt en 2013 pour son roman Au revoir là-haut, adapté au cinéma par Albert Dupontel, sorti en salle le 25 octobre dernier.

Le livre que je ne voulais pas écrire, Erwan Lahrer. Quidam éditeur

Lui ne voulait pas l’écrire. Nous, pas sûrs que nous voulions le lire. Et pourtant il est là, ce livre. Qui n’est pas un roman, mais un récit. Celui d’une soirée d’hiver pendant laquelle un fan de rock se rend à un concert, dans l’attente de la communion qui a toujours lieu dans ces cas-là. Sauf que ce jour d’hiver, c’est le 13 novembre 2015. Sauf que cette salle de concert, c’est le Bataclan.

Bien sûr qu’il avait surtout des raisons de ne pas l’écrire, ce texte, cet « objet littéraire », Erwan Lahrer. Parce qu’il était un survivant, parce qu’il ne se sentait pas un héros, parce qu’il était hanté par le portrait de ceux qui sont morts ce soir-là. Parce qu’il avait un corps à reconstruire. Parce qu’il faudrait assurer le service après-vente du livre, répondre aux questions des journalistes. Parce qu’il faudrait trouver le ton juste. Parce que sur son chevet d’hôpital, il y avait déjà les épreuves d’un roman sur le point de sortir. Parce que la pudeur, parce que la dignité, parce que le choc. Parce que le « je », ça n’allait pas. Parce que le « il », ça n’allait pas.

La pression amicale des proches, amis auteurs notamment, aura eu raison de cette détermination, de cette peur de passer pour un charognard. Tous les moments de ce récit sautent à la gorge, tous, mais la pudeur de son auteur semble déteindre sur nous, lecteurs. On n’est pas là pour voir des scènes de guerre avec un oeil avide. Souvent, on a même refusé d’apercevoir le moindre plan à la télé. On ne sait pas trop, vraiment, pourquoi on est en train de lire ces lignes. Mais on sait que les lire nous fait du bien. 

Les mots des proches d’Erwan Larher s’intercalent entre les chapitres de l’auteur pour raconter leur soirée du 13 novembre à eux. Comment ils ont réagi, stupeur exprimée de mille façons différentes. Parce que tous savaient où il était ce soir là, il l’avait annoncé sur Facebook avec fierté dans la journée. Ces mots là, aussi, nous parlent. Ceux des spectateurs impuissants que nous étions tous.

Les questions sur la peur qui reste en suspens dans l’atmosphère et qui culpabilise, aussi, nous évoquent quelque chose, à tous. Alors, même s’il avait surtout des raisons de ne pas exister, c’est une très belle chose que ce livre existe.

Des poings dans le ventre, Benjamin Desmares. Edition du Rouergue.

Il erre dans les rues, en mode guetteur. A l’affût de la moindre castagne, il se drogue à l’envie de frapper, de faire peur. Toujours sur le qui-vive, que ce soit pour trouver ses victimes ou pour échapper à la vigilance de sa mère, s’échapper de l’appartement quand elle l’attend dans la cuisine avec l’espoir toujours vain de communiquer. Sur la volonté, la maîtrise de la situation, en toutes circonstances. Pour lui, frapper, c’est vivre. Tenir debout. Etre le plus fort. Dominer de toutes ses forces l’envie d’être aimé à un âge, l’adolescence, où cette aspiration dépasse souvent toutes les autres.

On est dans sa peau, à ce narrateur. Surtout qu’il nous embarque, s’adresse à nous en se parlant à lui. Evite le « je », comme pour esquiver toute possibilité d’introspection, d’explication de la violence gratuite. Peut-être aussi pour observer, de loin, le personnage terrible qu’il incarne.

Roman noir en mouvement perpétuel à travers les rues d’une adolescence tourmentée, Des poings dans le ventre, de Benjamin Desmares, s’inscrit aussi dans la lignée du roman initiatique, dans lesquels les rencontres ne sont pas plus fortuites que sans conséquence. Une lecture rapide, qui coupe le souffle, comme le ferait un poing dans le ventre.

A découvrir aussi, du même auteur : Cornichon JimUne histoire de sable.

La Serpe, Philippe Jaenada. Julliard.

Philippe Jaeanada a plusieurs passions dévorantes, au nombre desquelles le turf et les parenthèses, mais la plus marquante ces dernières années est sans nul doute le fascination pour les enquêtes policières retentissantes en leur époque, et les procès qui en ont découlé.

Après avoir réhabilité le braqueur Bruno Sulakextrait de la fange populaire Pauline Dubuisson, c’est à une affaire des plus sanglantes qu’il s’intéresse dans La Serpe. En 1941, alors que la France souffre, un carnage atroce se déroule dans un manoir du Périgord. Trois personnes y sont sauvagement assassinées, au moyen d’une serpe fraîchement affûtée. L’affaire fera grand bruit, car le principal accusé est le fils de la maison, jeune homme à la réputation sulfureuse, colérique, dépensier et menteur. Des années après, ce jeune homme, Henri Girard, écrira un des succès littéraires français, plus connu encore par son adaptation au cinéma : Le salaire de la peur, sous le pseudonyme Georges Arnaud. Entre les deux événements, que s’est-il déroulé ? Comment cet homme que tout accablait a-t-il bénéficié de la clémence du tribunal ? Quelles suites de hasards l’ont mené notamment en Amérique du Sud, où la mort le frôlera plus souvent qu’à son tour ?

C’est à bon nombre de ces questions que Philippe Jaenada entreprend de répondre, n’hésitant pas à se faire enquêteur, épluchant pendant des jours les archives du dossier Girard, arpentant les chemins de Dordogne pour mieux humer l’affaire. Avec un humour et un sens des digressions toujours aussi enlevés, il n’économise pas la réflexion sur cette affaire fascinante qui vous fera passer quelques nuits blanches, assis au banc des jurés, dans le questionnement d’une culpabilité aussi évidente qu’impossible.

A découvrir aussi, du même auteur : La Petite femelleSulakPlage de Manaccora… 

Désorientale, Négar Djavadi.  Editions Liana Levi.

Il y a le génie de ce titre, ce mot-valise qui résume vraiment parfaitement l’ambiance du roman, une trouvaille sémantique qui synthétise une histoire. L’histoire, c’est celle de Kimiâ. On fait connaissance avec la jeune femme dans la salle d’attente d’un hôpital parisien, où elle attend son tour pour une insémination. Dans cette salle à l’ambiance gênée, les pensées de Kimiâ remontent le fil de son existence, de Téhéran où elle est née, à Paris où elle vit. Entre les deux endroits, un parcours sinueux : la vie d’une famille d’opposants politiques aux régimes du Shah puis de Khomeiny, le deuil d’un pays, d’une culture étouffée par la dictature, l’exil à travers les montagnes, les menaces, l’adaptation à un nouveau pays, la quête d’identité, la terreur persistante, même longtemps après.

Négar Djavadi économise ses phrases, sait toujours comment écrire pour aller droit au but, sans jamais rien ôter de la richesse des échanges entre les personnages. Le parcours de Kimiâ s’inscrit dans la géopolitique mondiale, comme dans l’intimité la plus ténue. Entre le très grand et le très petit. Désorientale, c’est un roman tout en finesse, qui évoque bien sûr le Persepolis de Marjane Satrapi.

Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel. Editions de Minuit.

 Le drame est tout de suite annoncé : Martial Kermeur a précipité le promoteur Antoine Lazenec par dessus bord pendant une partie de pêche. Dans le bureau du juge, jamais il ne niera les faits, pas plus qu’il le les minimisera. Mot à mot, il va les faire venir, pour peut-être enfin parvenir à les expliquer. Le juge, patiemment, demande des explications, perd un peu de vue sa place par moments. D’ailleurs, souvent, il nous la laisse, à nous lecteurs, sa place. Comme lui, nous avons des questions à poser, des éclaircissements à obtenir. Martial Kermeur a tellement à dire.

Antoine Lazenec, parfait escroc au culot sans borne, est arrivé un jour avec sa belle voiture, et plus rien ne s’est passé normalement dans les parages. Les terrains sont devenus des millions, les investissements le seul avenir. Les gars de l’arsenal, dotés de belles économies après leurs licenciements, des pigeons à ne pas manquer. Les élus locaux, en quête de reconnaissance et d’idées novatrices, des proies faciles. Les places au stade, seulement en tribunes chauffées. Antoine Lazenec, c’était le loup dans la bergerie. 

Jusqu’où est-il allé ? Suspendus aux lèvres de Martial Kermeur, nous attendons. Le juge aussi. Manipulation, crédulité, machiavélisme sont à l’oeuvre et le suspense à son comble, dans les embruns de la rade saturés d’amertume.

A découvrir aussi : La disparition de Jim Sullivan

La chaise numéro 14, Fabienne Juhel. Babel.

Comme des milliers de femmes, Maria subit en cet été 1945 l’humiliation publique : la tonte de la traîtresse qu’elle est supposée être, pour avoir entretenu une relation  avec un officier allemand. C’était la guerre, à Saint-Brieuc, et ce client régulier de l’auberge de son père est devenu son amant.

Placée sur une chaise de bistrot -la chaise numéro 14- devant le restaurant familial, en proie aux insultes d’inconnus, mais aussi de ses voisins, de ses anciens camarades de classe et même d’un ancien amoureux dont les motivations sont troubles, elle subit les coups de ciseaux d’un coiffeur réquisitionné pour cette tâche qu’il ne ressent aucun plaisir à accomplir. Un autre dessine une croix gammée sur son crâne devenu chauve. Au sol, ses longs cheveux roux captent la lumière. Dans la foule captive, des soldats américains.

Maria restera calme. Mais avec patience et obstination, elle fera changer de camp la honte, poursuivra ses agresseurs, démontrera de quel côté se situe l’indignité.

Un roman historique plein de tension, où l’on rencontre Louis Guilloux en ambassadeur des valeurs humaines.

Plus d’idées lectures sur le site Fais-moi les poches !