L’île aux mille histoires

Pierre Le Den
Pierre Le Den

En attendant la fête de l’île aux Pies les 29 et 30 juillet, Anne Guérin décrypte les mystères de ce lieu mythique.

Il est des lieux mythiques qui nourrissent tant l’imaginaire que l’histoire même, vient parfois s’en jouer. Du coup, comment démêler le légendaire du réel ? Les légendes authentiques des adaptations fantasques ? C’est un peu ça la folie de l’île aux pies…. lilopie pour les intimes. Il y a autant d’îles au nom d’animaux que de personnages légendaires, et aujourd’hui, autant de ragondins que de lutins. Englobant 3 clochers, ces multiples rives racontent…

Il était une fois un Seigneur nommé « Joues Rouges » qui, dit-on, a sauvé les habitants de Bains-sur-Oust appelés aussi « les sorciers ». Ils avaient pourtant été menacés par des esprits malsains et c’est en voulant les délivrer de leurs tourmentes que ce brave « Joues Rouges » est mort noyé dans la rivière. Il est devenu un héros à qui a été attribué l’exploit d’avoir, avec son destrier, sauté d’une rive à l’autre !

Une autre âme rôde dit-on encore. Celle d’une Dame Blanche, une certaine Ermengarde qui aurait été emportée dans un tourbillon appelé, le « tournant de Tremeleu »…. Rassurez-vous, depuis la construction du barrage d’Arzal, les courants sont beaucoup plus sages entre l’Oust et l’Aff.

Il y a aussi des histoires de lavandières et de trésors, de souterrain et de batailles qui sont cachées dans ce paysage de landes. Pas un pont, pas un édifice prestigieux pour témoigner du passage de tous ces hommes depuis des décennies et pourtant, tant de chemins foulés, tant de pierres à fleur de sol qui portent encore les traces de milliers de passages de roues des charrettes. C’était déjà un lieu emblématique, un carrefour des voies submersibles. Aujourd’hui, il s’en raconte et s’en invente encore des histoires pour faire rêver les enfants et pour alléger la conscience des adultes. Certains sont même pris d’une folle envie de jouer aux aventuriers, tels des soldats de Beppolen, empêtrés de boue, en pleine bataille dans le mortier. C’est ça aussi la folie de l’ile aux pies !

Anne Guérin

 

Ermengarde : d’après une nouvelle de Paul Féval

Beppolen : Bataille au VI ème siécle

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+